Nous avons écrit la nuit, près du matin, couchés, à la main, sur du papier. Tout est déjà écrit dans des classeurs. maintenant ? le saisir ! entre la vie,
en morceaux,
devant ? vous ?    toi ?  / working Progress / Longues Pages


Départ        Arrivée à la Base          et résumé des scènes précédentes:

Nous arrivons à la base. Je termine l'acte" Voyailleur", pas le manuscrit, la vraie vie qui se joue avant, le duo-spectacle, le concert,
la L'YD C°, ce que l'on appelait pas encore la Performance mais qui en était. La fusion dans la Nef, le corps-cœurs   à 2 et à plusieurs,
dans les Mots-MusiQ-Images de leur Quotidienne Science Fiction :continuer à se jouer cachés, se jouer de l'intérieur,
blessés, autant qu' expérimentés, par une face du monde trop lointaine à leur vaisseau création.

Il reste  l'initiation la plus importante à faire : être juste au présent. "D'Elle" est la plus proche de ce passage, de ce temps sage.
des centaines, des milliers de départs aux cœurs  de la Bête, de retours, de retrouvailles, d'étreintes d' Eros et le duo des âmes va s'installer,
éloigné en distance et plus tard en vie.Envie des âmes de rester ensemble comme un livre déjà écrit.
Présence imagée du temps fort, la base est le lieu de l'image. "D'il" apprend la vidéo, rentre dans l'art contemporain, filme des artistes, des très connus,
des underground autant que lui, et des jeunes de la jeune création, ou pas. C'est une nouvelle histoire, un nouvel écrit.
Le voyailleur s'arrête au premier montage de la première vidéo d'artiste, après c'est la seconde étape avec les mots dans le viseur.
La base elle était déjà dans le poème : lieu.point magique, constellation de circonstances. C'est en Champagne, la Bulle est intérieure, festive,
éclatante de chaque jour,
même les mauvais, qui sont chemins Vers.
C'est avec l'Arbre Source que la base se trouve : l'écoute de l'album, pousse une peintre à leur louer sa maison de famille,trouve les mots pour que frères et sœurs acceptent.
Je viens voir, c'est la forêt vierge jusqu'au ruisseau c'est exactement la base magique que nous avions déjà dans les textes, pour un tarif incroyable pour des êtres dans le Off.
La base ! : où les écrits et les textes s'écrivent au plafond, sur les machines, les corps, les caresses, crée le mariage de sang,
de poème avec les très proches, où s'affichent  nos mots pour faire leur chemin en nous.
C'est une mariée blanche d'un intemporel de science - fiction qui prépare d'autres voyages, mener une vie de femme qui a ses activités, ses achats, sortir du 2 voyageur
qui fait tout ensemble.
Ecrire, parler de son histoire,ses voix, peindre son débat, et son lâcher prise. Jouer : elle joue naturellement ce qu'elle est dans son idéal à lui:
une note ou deux, sur un tapis d'accords.

je rajoute quelques noises et c'est leur vie sur 20 albums à finir, écho du voyage loin : 1500 spectacles.
Laver : il y avait la préparation à faire, l'air de nettoyage le degré d'autremenTout déjà présent depuis le départ,
a fait autant ses blessures que ces temps infinis de plusieurs vies:
ses présences,la petite rivière où se fera le passage de la muse au-delà de la souffrance :
elle avait écrit sur l'album concept : "Dans ta rivière tu as caché tant de toi "

tout est en pleine lumière en matière à créer, avancer avec son cru, le Jardin Nu , le Jardin des Douces avec ses bâches, ses miroirs :
"on a tout"  elle dit de l'autre côté qui est aussi ce côté quand je suis au présent. La suite n'est plus temporelle un couple présent se pose des questions
sur un voyage de 36 ans,
les réponses ne sont pas dans le passé, pas dans un futur, le jeu est maintenant de deux écritures, sans ordre.



-<< Ma partie       n'a pas de ponctuation     de point     qui termine      ni de virgule         qui rythme            c'est ainsi que tu la reçois
mais c'est un choix        du blanc    du silence           j'ai toujours aimé le blanc             le temps sans rien    
le silence      dans notre MusiQ        là je suis dedans
tu as lié le silence aux mystères    un terrain    un espace    où tu me  demanderas        ce qui s'est passé plus tard    
quand tu auras rêvé dessus        imaginé      ce que tu sais     sans demande     je m'échappe de ce vide du temps pour aller construire la suite
ce vide   entre les mots          est le concentré     des caresses incessantes    et du Baiser     qui a ponctué la longue route    
justement silencieuse      car le silence se joue là     au présent            tu vas tout imaginer           pour la jouissance des instants    du total vivant
recevoir du nouveau    du message venant de ce vide    entre les mots           du sens    du vécu       que la voix    ni l'écrit        ne savent exprimer
et qui est la raison    le fond      le but         de ma communication  >>



Clair que ce récit m'emporte au-delà de la forme
celui qui me fait penser à un bord de mer           ici c'est l'immensité
et tout me porte à rire longtemps       les simples gestes         simples mots
ceux qui peuvent rester innocents    Tout de désir      d'un ailleurs       le grand Cosmos
car le temps des voyages terrestres a paru comme une étape de la restitution conjugale
la foi des montagnes       un temps imagé        à prédire la forme
car le fond n'est pas à prédire          le Corps comme une Bête inoubliable
essayez la plume    pour un rappel à l'origine    qui nous lie
Au Temps    nous embarquer    sur la terre du présent         dans le même regard
L'idée de ce qui nous habite au-dedans        le temps est une matière
vie intérieure      Etre éveillé      pour comprendre l'esprit
il faut le porter longtemps avant qu'il ne naisse

Pour comprendre l'esprit  il faut le porter longtemps avant qu'il ne naisse




 - << Même si j'ai été prise par le monde autour   par les hommes   par les croyances   la peur   et tout ce qui rôde autour du jardin et sa base Nef MusiQ
j'ai le silence et le regard grand ouvert sur la marche à suivre
Suis cette partie de moi et laisse le restant qui était une préparation
au début des 36 printemps     j'ai     sans pouvoir en parler     la voie dans la voix    les yeux l'acte le conseil pour toi       et pareil aujourd'hui
ce qu'il y a entre     est  la première partie du voyage        l'évolution au contact du monde       celui que j'ai rencontré  et toujours même quand cela vire au combat
ou aujourd'hui à l'absence  corporelle        reste la voie    voix vers toi         Les mots importants du voyage à méditer pour la journée pour le toujours
tout   jour   l'éternel   qui est dans une journée      une heure     même un regard      que vous appelez        la méditation        où le tranquille   >>


-"Tu es vraiment O.K. pour dialoguer sur notre histoire ? La conter, de notre position incroyable,moi dans l'attention et le temps du souvenir,et toi en direct
à la vitesse de la main ?"

-<< Oui je suis prête    j'ai toujours été prête      à toi      offerte à cette aventure     tu l'as écrit dans Voyailleurs
tout a commencé au sortir du welcom rue des petits bouchers à Bruxelles      tu étais un mancheur de la nuit      chanteur en mauve et cuir
qui tournait avec sa voix    autour des mangeurs dans les restaurants       tu m'as fait le coup le premier soir       je t'ai sublimé
tu m'as abordée  parce que j'avais une guitare       je t'ai suivi dans la nuit          écouté  chanter    et j'ai eu l'émoi       Emoi des filles
l'envie de m'ouvrir    de te laisser faire tout ce que tu veux     parce qu'il y avait la voix         ta voix    et la voie    >>

-"Le premier jour, et il n'y allait pas avoir de dernier, c'est ce que tu me diras de ta position invisible après ton départ Passage /

-<< oui je nomme ce temps-là     la nouvelle phase c'est après les 36 ans    tu me parlais dans la base et partout dans la rue    tu utilisais un geste code
un bonjour enfantin avec la main que nous nous sommes faits      un peu avant    quand tu arrivais de la forêt jardin et moi assise  à l'entrée de la base   
ce geste de tout notre temps>>


-"Au premier jour, le sublime c'était toi : "Regard aimé toujours plus grand ouvert" je dis dans la Performance, très grands yeux bleus vastes qui me touchaient
un profil que je vais regarder, sonder 36 ans, une croupe à avoir toujours envie,une présence de silence à magie incompréhensible, qui fait craquer aussi l'entourage."

-<< Justement l'entourage c'était trop    toi seul me suffisait    au premier regard    au premier chant que tu m'as fait
dans le resto grec de l'autre côté de la grand-place
       j'avais déjà mon homme mon poète de la nuit      pour mes sens toujours en émoi    
un émoi que tu voulais que je te raconte    un émoi       un moi   qui va t'exciter toute l'histoire

mais revient au sans sexe      de ce jour au départ     du tout déjà autrement      au blanc et ombre de nos mots      dans le blanc du resto grec
puis nous montons aux sablons       là dans le cabaret d'un chanteur       qui glissera de son  toit       et nous serons très tristes    
car nous ne savions pas encore que la mort n'est pas une fin          là dans ce repaire très Sainte-Marie de la mer        Gitans et Baudelaire    
là nous avons chanté la première fois ensemble       et j'ai sorti ma guitare      c'était comme me mettre nue devant mon amoureux enfin trouvé >>

-"je crois que l'on a chanté le facteur de Moustaki,  j'ai roulé de l'arpège, ta voix me touchait partout surtout au plus sensible mais je n'étais pas seul,
un silence religieux s'ést fait.
J'ai vu que tout le monde te regardait, petite fille déesse éros douce et provocante, silence aux yeux, à la bouche, une voix,
sur de la caresse, de la caresse qui bouge et sourit."


-<< Avec toi j'étais en représentation     en spectacle pour toujours    en nudité la voix devant      cette première fois     ces 19 ans     étonnée séduite 
en attente
      je te vois tout de suite comme le compagnon d'une route lumineuse    tu m'as allumée la route    la chanson dure depuis    elle n'existe pas   
elle est à  faire en plusieurs vies      
c'est mon histoire  que je choisis la       ta voix   ton violent de guitare      en étirant les cordes      le tambour que tu fais avec 2       
ta voix pleine de souffle et de graves à venir      
tes longs cheveux     tes yeux que je cherchais dans ma couleur  >>

-"Le patron du Baudelaire, le gitan qui glisse très soleil  Pierre Fontel , me dit c'est génial, ce Deux !, foncez tous les deux, tous mes clients ne voyaient que vous,
la vie s'était arrêtée.
j'ai fait moi-même la Manche pour vous, il me glisse l'argent dans la poche, sa fille subjuguée, mi regard jalouse ?, le bruit revient,
tout rebouge normalement,mais toi ? tu restes dans ?
dans cet indéfinissable ? en même temps poétique, où tu seras toujours, et même quand tu vas chavirer,
tu auras chaque jour, peut-être chaque heure cet indéfini, qui fut le premier soir,
et qui est là, maintenant, alors que nous ne sommes plus dans la même dimension."

-<< J'ai trouvé mon homme pour la route      j'ai choisi mon histoire à cet instant-là >>    

-"On finit la nuit sur le boulevard, près de la bourse, nous avons trop de choses à se conter. Tu vas prendre un taxi pour rentrer, avant je craque sur tes boucles tous ces ronds,
aussi dans le corps,et les sons, je remarque ta croupe guitare."

-<< Je suis prise par ta voix     plusieurs heures que l'on est ensemble    les autres hommes m'auraient déjà touchée partout et sortis leur instrument   
là on est dans la musique
    et je suis plus humide           avec lui ce troubadour échevelé       je peux rester petite fille et femme aussi      nous allions plus loin    
déjà on construisait de la route
      du mystère    de l'envie    de l'État sensuel sans le dire        du sourire des corps
Il n'y avait pas de différence      entre le temps où tu disais un poème         où celui où tu me posait des questions sur mon réel
j'étais  la chanteuse chanceuse          de l'avoir écouté avec ses coups de viols de guitare        et sa voix dans le souffle >>

-"Nous sommes restés plusieurs jours sans nouvelles -"tu ne l'as pas vu la petite angie avec la guitare ? je demandais dans la rue, au café,
à tous les gens de la nuit qui vendaient des bijoux ou manchaient comme moi.
Je venais  de faire un an à Bruxelles la nuit, je le faisais à fond, se donner comme un spectacle de soi, et passer l'assiette: l'argent pour acheter un camion,
une sono, et tourner  un vrai spectacle, le début d'un projet, d'une route, d'une vie, d'un Hors temps, d'une marge."

-<< je savais que tu m'avais cherchée et j'en étais très émue     dans la journée je me promenais avec ma guitare     et je n'allais pas forcément au cours
mue  par ta crinière     la mèche blanche     ce visage buriné     la voix violence et douceur sur la guitare    et notre première nuit chanteuse
j'ai eu l'adresse de ta chambre        j'ai tapé    tu devais dormir     assise sur ma boîte de guitare        j'ai pleuré et attendu      retapé
tu es venu ouvrir torse nu      et tu t'es recouché     les mots ne servaient à rien       c'est la musique de nos corps      je m'allonge dans tes draps  
j'hote de l'habit
         un vaisseau de draps      déjà ou enfin         avec les deux corps       qui feront ma vie corporelle

de l'autre côté de l'histoire      quand tout le corporel sera vécu      je te vois apprendre le texte    sur la Présence_Autrement         mets le là
maintenant à cette place  >>


La Présence_AUTREMENT / Touche Danse

TOUCHE à la Beauté du Monde        Etre dedans l’Onde des Aimers
La Présence EST Naturelle protégeant           Calme à Soi Etre dedans l’Onde des Aimers
Des aimers Désaimer            Désaimer solo       Pour Aimer Global
Globalaimer Global Aimer          Global  Aimer Mais sur assurer la Présence à la Base
L’Ecoute de l’Aidante                       Aidante Amante du grand soir des Anars
Où l’Anar de Poésie croise le sage des Corps                       Décor où Mots et caresses Sont
Sont l’Etre de la Présence                        Sage Rebelle jouant du silence
A narrer toute cette Aventure-Don         De l’Amour à travers les Mondes
Sentir l’aide le guidage L’Aidante en action         Se sentir pas seul Reconnaître ses limites
Les Ressentir les délimiter Aller aux limites ultimes      Les agrandir où les effacer
Solo pas seul en liberté Libère lie jusqu’à la lie Lit de renouveau                Lit l’histoire relie Lié Présence
L’Art a larguer          L’Héritage-stress des aïeux       Le larguer des yeux et du moteur central
Colonne vertébrale aux générations           Larguer
La Présence peux s’installer sans passé
Un avenir qui se fait sans le penser / Juste le Présent / Total Présent
Un concentré de la traversée
Con centrée Sexe des lieux du milieu          De l’içi vrai un futur ouvert       Tout au Présent Heure par Heure
Là est l’art de construire un Présent-longtemps ?
Présent là maintenant dans les Noises ambients

Encore une fois le mental sera sur le futur/ le passé/  tournent les idées / les voix de la tête sans cesse / amas d’infos / masse de réel programmé /
flasch back trop rempli / en groupe qui poursuit / entre croisé / attaché passé-futur futur-passé se mêlant /maillant/ milliers de mails se perdant /idées détournées /
Les Mots qui gênent alors que d’autre libèrent le gène de la nouvelle vie
TOUCHE à la Présence
Le Silence reste       restitue les blancs des couleurs coulent        coulent les heures
Hors du Monde de l’info de la preuve
La Beauté unique de l’invisible        Jailli de la Présence

Chercher la clef : -nous avions les clefs, le paradis, on était dedans, et on passait son temps à écouter des voix, des films, des écrans
qui n’étaient pas nous dans la tête : crise de nous crise de nous la nouvelle phase a rebranché les circuits,
il y avait une place en or pour nos regards Si on change sa place alors se fait la suite    La Suite
Lâcher prise sur le ciné des passés Venir présent aux faits de l’instant
Alors le passé le futur perd son pouvoir
Il n’y a pas que le visible, le matériel, le calculé, l’épuisé, le logique, l’ordi-nerfs, l’ordinaire, les lois, la raison
Bienvenue a ceux de l’invisible        Remix en jouant la force des meilleurs instants
Instances de caresses de la vie-victoire venue de tous les échecs
Chèques de pensée sur l’art-temps l’art gens art des gens      L’argent quelque part caché Gens venus de toutes nos vies
Trésor ouvert aux êtres devant soi      Quelque part caché     comme l’argent dans les mots de peaux aime Poème au départ de la Longue Route

Si je suis très présent le passé se dissout
il prend une forme qui s’allonge jusqu'à maintenant
Préservant le chemin livre-vie    Pré Servant à tenir la base la cache le repaire le nid-lit immense
C’est une longue traversée     Il y eu des moments durs comme le rocher avec le point de lumière derrière caché
C’est un matin dans le très mal que la présence opère      La délivrance du mal des mondes
La présence Pré-Danse lente et rockeuse + fort que le corps venant de là
La Présence Re Revient Re dites Re vue re Crise re Cri

Il n’y a pas le son / l’image est bloqué / l’ordi est en panne / la machine ne marches pas / trouves pas l’adresse / arrives trop tard /
perds la page / la clef /l’argent / crevé /cassé /énervé /
Jusqu ‘au lâcher prise Présence là
Le spectacle la Performance la Rencontre La Vie
Le Vrai se fait sans rien là est le cadeau
La Présence est sans rien
Etre là
Terre d’ailes ailées Terre d’Elle
Dans le jardin qu’elle Touche
TOUCHE juste des instants d’Ether éther d’elle
Continue le voyage après le Passage
TOUCHE


-"À relire, je n'ai pas l'impression d'avoir écrit cela, moi ! ?

-<< Présence    je te disais juste avant en t' écoutant jouer    sur des tapis sonores    que tu avais préparés pour moi
pour que je trouve des mélodies     quand tu pars à Paris    et que je suis seule à la base
je t'ai dit tu n'as pas besoin de moi    tu la joues sans moi    et tu as répondu     "non tu es dedans      c'est ton style"
c'est l'histoire de la présence     le manuscrit  /    manuscrit tu dis, pas livre ?  manu  main et cris c'est de cela dont il s'agit  >>






©copyright / L'YD Duo /  claude Yvans & Danou  2011  /                                                                                                                                                 suite