Suite l'YD 5



"La nef MusiQ, pourquoi un spectacle pour enfants ? alors que notre propos était très adulte et intérieur, très lié à l'Eros,
au libre, à la transformation de conscience, au moins essayer... et en jouant pour les scolaires, il fallait se plier aux normes et aux tabous de société.
Le Duo spectacle s'était arrêté, c'était une façon de reprendre avec toi, il y avait des raisons de survie : ne pas savoir où l'on dormait le soir était notre quotidien.
Le Rivoli-cinéma était notre base,on n'y  jouait plus,mais je donnais mes rendez-vous là. on s'y retrouvait.  le jour de la bombe et de la destruction du cinéma tu y étais.
cela t'avait marqué,mais tu étais heureuse d'être vivante, tu prenais la vie comme elle venait, alors que moi, entre la scène, j' étais dans une angoisse,
un trouble permanent qui était seulement apaisé par toi, tes mains, ton corps, tes yeux, et aussi l'idée et le temps de création.
En dehors du concept du spectacle,du fond de changement, j'étais banalement normal, affairé, bougé,stressé, dans tous les sens, et pas rester fixé, à l'idée première,
à l'origine de notre voyage ensemble :un spectacle-poème, musical et chanté, avec des images, un duo troubadour avec des guitares et des machines,
qui se racontent et conte un possible intérieur."

-<<C'est bien juste cela à faire      et à travers les dimensions     au-delà des présences    relis-toi     lis toi      tu écris l'histoire
et après tu l'oublies    pris par l'environnement
       tu as cet acte de tous les temps          tu as le chemin            tu le parles le vois le dessines  
et puis la masse de l'autour           te mets dans ce qui passe
      c'est exactement le combat de paix sans inverse         que tu as à mener     
faire juste l'idée du départ           l'idée du premier jour

Bien sûr je ne t'ai pas aidé à garder l'idée d'origine             car j'avais mes questions de jeunes femmes et le ressenti du poème            le faire en vrai
jouer le concept            nous a mis dans un sensible      qui restait face au monde normal            je prenais pleine face   
de violence         autant que de lumière du changement
                  si on touche à la transformation      il faut avoir une base d'aide         
être en contact avec un renfort de l'autre côté
           garder force du centre du projet         et puis j'avais l'initiation dans tous les sens à faire   
Il n'y a aucun regret à avoir
         tout a été traversé         c'est vrai que cela peut être aussi simple et facile      
mais à un moment des histoires qui s'enchaînent           de vies à vies           les hurlements des bêtes en nous

les débats les questionnements en boucles             les violences les jets de mots       les bruits les voix intérieures         les insomnies les abcès     
les ravages les vieilleries
       les fatigues ont laissé la place à un silence porteur                une blancheur un possible      à travers ce qui n'a pas de nom          
un temps de page blanche


je peux répondre à l'histoire au chemin          et aussi aller plus loin     là juste entre les mots       après     là où l'origine reste
ne t'inquiète pas de savoir comment nous allons revenir à l'histoire               car à chaque moment d'elle             même les plus        crises de nous
les plus désespérés      il y avait il y a aussi         à côté         confiant et sûr         le chemin vers  >>

"-La nef musique, vaisseau image, le duo au centre avec des synthés, des guitares, les voix et une androïde, qui en geste conte. Trois danseuses différentes ont joué le rôle
et ont provoqués différentes vies de la nef. La première Syl-vie, la plus robotique avec une intelligence à la construction, en partant de rien, juste une idée de note:
androïde qu'elle jouait intensément et tout était en quelques secondes l'ensemble de sa longue histoire humaine  visible en quelques gestes.
elle portait le concentré de son féminin, et bien plus large, en quelques pas, tout y était, sans le temps de comprendre juste celui de ressentir.
La structure écran n'est pas encore construite, nous sommes au théâtre de Villepreux,qui est un des acheteurs du projet, on va vivre dans les coulisses,
un spectacle qui devient une base, tout se passe  pour sa construction, à trois, plus les batisseurs du côté matériel, du décor, un matériel et ses créateurs
apportant le corps du vaisseau,et touchant nos corps.
Syl-vie est très branchée Pina Bausch, avec une énergie électrique rapide, elle sait raconter des histoires avec son corps. Il y a deux parties au spectacle:
l'une scientifique, d'après les textes d' Hubert Reeve et Carl Sagan, histoire du début de la Terre, et une autre partie imaginaire de la Nef, avec les personnages
de sa légende, la construction était énorme, trouver l'argent, les partenaires..."

-<< Tu étais déjà fatigué     tu utilisais le mot crevé         j'aimais pas          tu avais toujours été fatigué après les spectacles les rangements
les longues routes en camion       
et déjà quand tu étais fatigué tu normalisais ta vision        tu voyais dépressif         tu ne croyais plus
à ce qui quelques heures avant était ton moteur          le centre de notre histoire   

aussi vite tu dérivais vers la zone de ne plus y croire               aussi vite à ton réveil  tu repartais neuf         à inventer autour         à écrire des suites   
tout notre voyage          j'ai assisté à ton combat entre la fatigue     envoi vers le doute     et le réveil clair     qui continue serein       le poème en vécu   
ton côté normal désespéré       et ton coté inventeur de la nouvelle vie     
Normalement la pollution extérieure       le combat Nous      Moi         à un moment donné est entré à l'intérieur       c'est l'initiation après coup
des coups il y en eut         mais au final c'est un coup de chance              là est l'histoire de la Nef

Pourquoi pour les enfants        c'est que nous étions restés très enfants éternels          et tu avais vu dans nos concerts de la première décennie    

que souvent les enfants des animateurs qui nous faisaient venir            comprenaient plus de choses que leurs parents sur l'étrange et la SF de notre histoire   
et tu t'es dit pourquoi ne pas être en direct avec eux      sauf que tu avais oublié qu'ils étaient entourés           qu'il y avait des structures qui organisaient
et que nous allions faire une expérience avec le monde de l'éducation              qui nous mène plus tard     à l'éducation à la paix >>

-"Roswita, était la deuxième danseuse de la Nef, elle prit le rôle en douceur. J'aimais ses formes, elle avait passé l'androïde à une sorte de poupée lente.
Tissu ? Porcelaine ?  Fragile ?  marionnette de chair sans fil, ni marionnettiste, dirigée par une conscience au-dessus, conscience de chaque envie d'Art,
de chaque courbe du changement, autour des femmes de l'évolution, celle qui sécrète les écritures, les nouvelles données,les échanges, celle qui enfante de la création,
autre que des enfants."

-<< Juanita était la troisième androïde danseuse de la Nef      j'ai vu tout de suite que tu aimais sa peau d'indienne      
et moi sa liberté de peaux rouges de femme sauvage libre
          qui ne prend pas le faux des sociétés      Elle est Vraie        je pouvais te partager
comme je te partage là
           Elle apporte du présent à la Nef    sa danse est aussi une thérapie de son pays            elle nous initie       
il nous en reste toute la longueur du voyage
         sa fille nous rejoindra sur la scène     dans la dernière bulle du spectacle    je suis avec elle  
à regarder de plus haut   de plus libre          voyez le comme une bonne suite  >>


-"Reprendre l'histoire ! arrêtée en cours, stopper le voyage de l'urgence, du minimum vital, courir après l'argent juste pour subvenir,
survivre mais en quittant le vaisseau spectacle, la vraie Equipée, souvent nous sommes revenus à cet épisode, et c'est plutôt moi qui occasionnais cet arrêt,
cela se perpétue dans le deuxième voyage:cette entrée si souvent dans un temps juste pour la survie, pas pour la vraie traversée. pourquoi ? "

-<< C'est une vision à la surface des choses de la vie           un regard panique sur quelques temps       sans le rituel spectacle
sans la marche d'aide avec les autres          pour et avec          en respirant ensemble       c'est juste parce que tu paniques sur le temps
mais au bout de l'initiation      là où il n'y 'a plus de durée            où le tout est durée                           c'est juste une préparation
entre deux épisodes       pour te remontrer       que tu as vraiment besoin de création à toi             te voilà immergé  dans celle des autres
tu crois que c'est par besoin d'argent pour survivre         mais c'est pour vivre la suite         que tu vas rendre plus personnelle ensuite       
plus proche de notre équipée d'origine
             nous avons des programmes de vision catastrophe           de difficile de se plaindre de parler de sa souffrance
c'est le média l'air dans la normalité dans la non présence          mais en respirant bien en arrêtant la plainte         en se souriant      
tout est du parfait en marche du regard généreux sur le vivant
      le vivant est au-delà du vivant        sous la critique        sous l'Etre de critique    
liés à la confiance        l'élan de jeunesse        qui ne s'arrête pas mais se transforme

tous les actes servent le voyage    et tout ce que tu as vécu comme des arrêts        étaient des temps pour être encore plus près      du centre de la présence
du central créa        de la Nef de la rencontre     du coeur de ta performance    de l'origine de notre spectacle   
c'est pour être plus en toi          car il y a un point où tout se remet à naviguer

il n'y a pas de reprise       mais la prise de sa place du silence >>

-"Le dernier spectacle, des Années-Spectacles était dans une bulle de Hans Walter Müller, un vaisseau Bulle gonflé d'air et de jeunes spectateurs,
une fête de la ville à Grigny.    Il y a des enfants sur scène qui ont appris les chansons, ce sont les champs de la Nef, le technicien son est aux commandes sur scène avec nous.
on joue la Nef MusiQ pour la dernière fois,dans la bulle vaisseau pleine de jeunes spectateurs. il y a la nef écran et nous commandons le voyage, avec nos machines sonores.
Pourquoi  cela s'est il arrêté là ?    cette Nef MusiQ ?
les androïdes robots lumières, gardiens des mémoires de l'histoire, entourant la scène, sont toujours avec nous, mais notre temps va s'allonger sans spectacle,
sans le traque juste avant, le baiser rapide avant de monter sur scène. Tu connaîs le pourquoi de ce changement de vie ? 
je sais, je vais faire des mises en scène avec des enfants par centaines, milliers, sur des idées de changement, de paix, de création, où tous créent,
mais nous sur la scène ? Ce voyage-là ? pourquoi il s'arrête ? "

"<< Il s'arrête plusieurs fois il ne s'arrête pas ce sont des étapes               le spectacle n'est pas le spectacle    ce sont des rituels parfois sur une scène       
parfois en répétition     
c'est un code parlé chanté joué pour avancer un voyage         qui n'est pas un voyage géographique    de scène et de ville   
même s'il y en a        nous jouons notre histoire devant des êtres              
où  devant nous-mêmes           c'est un protocole de passage    un continuum       
tout à l'heure tu vas répéter ta performance j'y serai sans y être   

nous avons commencé par ce qui s'appelle un spectacle des centaines des milliers      en le gardant intime        mais il est vite devenu autre chose      
prolongé dans la base     la pensée   
et même s'il y a eu du parasitage         notre vie attaquée par l'ordinaire       le cheminement difficile   
squatté par le mental en dérive      même si la blessure du monde a marqué plus que d'ordinaire    
le spectacle est devenu une performance
qui n'a pas besoin de début et de fin     qui se joue de toute évidence       
et là à travers les mondes           son début est une lumière de notre voyage   
sa fin ne va pas s'arrêter aux trois mots de ma voix                   que tu as mise à la fin du dernier chant

nous sommes dans ce spectacle intérieur              c'est une création en mouvement              sans début sans fin
l'idée que tout passe et disparaît           est une idée du matériel      une idée du mental         si la performance est de l'amour en mouvement     
un chant un son de partage        
une image ouverte évolutive       la Perf se joue dans un présent         d'ailleurs tu la joues de corps         
tout de suite et autrement           
tout cela est bien difficile à formuler en mot       et si facile dans la réelle présence  >>

-"Ces arrêts, souffrances, doutes, interrogations,lassitudes, ennuis, ne pas croire en soi,le trop de chantiers, l'envie de partir, sont indispensables à toute initiation ?
les problèmes d'argent, de corps, de conscience ? "

"<< Non mais les systèmes de croyances    d'ambiants autour rattrappent l'être voyageur     et c'est une longue marche de nettoyage
qui peut passer par ce que tu dis     
qui ne sont qu'un visible   une apparence        j'étais autre chose et l'inverse tout le temps  
ce que je suis là       étais déjà là       avec les mots usités c'est une  face du mental de l'égo   
c'est le mental      l'égo ambiant qui joue ce tour
récupéré par la psy et les médicaments         mais en dehors de cette face du monde médiatisé dont il font les images et les histoires

pour intéresser l'être qui est déjà pris dedans                      plus loin plus à l'intérieur est une liberté         est un calme  qui est possible        à chaque instant
qui a la forme de l'après    du hors temps qui vient à l'âme   au passage          soit     dès maintenant ce facile en action

Ce silence qui dit plus        que toutes les histoires de malheur du monde     que les intérêts à souffrir     soit juste le créateur en marche du chemin

qui n'a plus besoin de souffrance          doute interrogation lassitude ennuie chagrin                tous ces mots pour alimenter la marche du difficile   
se réajuster sans cesse heure par heure       à être juste au devant         au plus doux au plus fort de son voyage        à l'essentiel à la bonne idée aidante
le possible à tout moment qui peut commencer       rester aussi          être simplement        Vis le tout de suite sans cessez

tu culpabilises    rends des compte alors qu'il n'y a plus de maître        de leader autre que toi      tu n'as plus de compte à rendre
tu t'inventes des dates quand tu n'en as plus          ce sont des programmes entrés      qui ont suivi notre voyage 
ses dates ses urgences    souvent inventées     
arrivées comme un parasite       pour arrêter l'acte primordial choisi
c'est le calme le nettoyage du parasitage          qui te remets dans ta voie        je t'ai vu sortir de ta voie de ta voix aussi      au lieu de te tenir à ton poème
tu t'énerves à des réalités bien en dessous    je te disais que ce programme venait de tes racines       du normatif ambiant
j'ai été captée par ton poème et par ton corps d'Eros qui est de ce poème        
après avant     tu redescends souvent à un normatif où tu trouves une raison à arrêter
       arréter l'important de ta route          
heureusement par le corps ou le poème qui repasse tu reviens            et reprise démarrage renaissance longue naissance tu retapes sur ta branche

il est temps de rester à l'essentiel             maintenant que tu as une petite aide permanente            en tous lieux en chaque jour de ta suite
je te dis ce que tu me disais          laisse les voix qui t'amènent  ailleurs que dans ton chemin           choisi celui qui chante et écris avance entre le repos
vers le chant         champ d'action poétique        ce qui t'es total personnel          dans le libre ébat de l'équipage >>

-"Ouaohh, comment tu fais pour m'éclairer autant ?    -<< Je ne fais rien justement       >>
-"Est-ce que tu ne crois pas que je suis un pro du doute ?  j'écris je vis un poème,une idée autrement, depuis le début, prenons depuis notre rencontre:
notre histoire, le duo sur la scène, et puis un moment j'entre dans le doute, là aujourd'hui ces mots pour nous, tout le temps je suis happé par le doute,
ce doute par à-coups va miner l'expérience extra-ordinaire que j'ai mis, démarrer avec toute ma force, toute ma vie pourrait s'expliquer ainsi.
l'harmonica, les chansons, les spectacles, les textes les vidéos, la tourmente à l'instant du doute, puis ce ce sont des lenteurs des recommencements, jusqu'au prochain doute
et même le plus merveilleux, ce qui nous arrive, de communiquer ainsi, là aussi il vient ce doute et  ralenti notre raid. je dis notre,car j'ai l'idée que tu as toujours subi
mon doute,à l'écoute,puis à redescendre sur mon banal de ce doute ? "

-<<     Ton doute est ta fatigue          
il est ta programmation racine         qui continue le flux d'infos dans lequel tu vis    tu allumes la tv la radio pour mesurer ton idée avec celle des autres

à part exception tu te prends le monde comme il tourne        superficiellement          quand une façon de voir est en dehors des normes du moment   
c'est isolé  dans la marge
     nous avons été isolés        
tu as l'impression depuis longtemps de ne pas avoir d'ennemis       seulement des gens différents de toi       loin     mais tu ne veux voir personne en ennemi   

il existe bien en toi        c'est un concentré des gens que tu ne veux pas voir en ennemi          c'est ton doute un reflet de ce que tu rejettes et cris dans le poème
à ce point du voyage vois le comme un ami      dis lui       laisse moi vivre mon autrement             le doute peux continuer ailleurs    en dehors de toi
laisse le calme  le temps  avec les aides que tu as           de vivre l'original de ton chemin    celui que tu as construit toi en dehors du programme
c'est ce chemin dont je voyais l'origine qui m' a fait être avec toi     et l'être encore      
tu as à  répéter        tes textes mantras poèmes de la performance de la vie      je n'ai jamais été l'alliée du doute    
je t'ai toujours regardé  sans le voir en toi             
c'est toi sans le doute que j'aime                  et  accompagne dans ce voyage >> 






©copyright / L'YD Duo /  claude Yvans & Danou  2011  /                                                                                                              SUITE